1952-1954

En 1952, Norbert CASTERET, toujours sur la brèche, explore au Pays Basque, avec le physicien Max COZYNS, le Gouffre de la Pierre Saint Martin, énorme complexe hydrogéologique qui commence, aux environs de 2000 mètres d'altitude, par une verticale absolue de 346 mètres !

pierre-saint-martin

Il y a là la fine fleur de la spéléologie pyrénéenne et nationale: Joseph DELTEIL, le fidèle  compagnon, Marcel LOUBENS, (blessé précédemment à la Henne Morte), le docteur MAIREY (seul rescapé d'une inondation, mortelle pour ses cinq compagnons, dans une rivière souterraine du Jura), Haroun TAZIEF, plus connu pour ses activités sur les volcans; Jacques ERTAUD, le cinéaste Georges LEPINEUX, l'inventeur du gouffre, le palois José BIDEGAIN, etc…

La descente de l'énorme verticale est assurée à l'aide d'un treuil et d'un câble d'acier. Malheureusement un terrible accident se produit : Marcel LOUBENS fait une chute terrifiante, et s'écrase au fond du gouffre. Il va agoniser pendant trente-six heures et mourra sans avoir revu le jour. Il est inhumé au fond et l'expédition est interrompue.

En 1953, Norbert CASTERET a été désigné, avec Robert LEVI, pour diriger la campagne. Ils désirent remonter le corps de Marcel LOUBENS, mais constatent rapidement que cela est impossible encore. Par contre, l'exploration reprend, dans les salles gigantesques et des chaos dantesques.Ils atteignent - 689 mètres au fond de la salle de la Verna (record du monde).

pierre saint martin 52-53

En 1954, nouvelle descente dans le gouffre, sous la direction des mêmes. Cette fois-ci, au prix d'énormes efforts, le corps de Loubens est remonté à la surface et rendu à sa famille. Simultanément, l'exploration se poursuit en amont de la cavité sur 1 000 mètres environ.. 

parismatch282du21aout1954

Copyright 2017 - Gilberte CASTERET / Tous droits reservés

une réalisation  WATOOWEB