Élisabeth CASTERET (13 mai 1905 Paris / 6 mai 1940 Saint Gaudens, Haute-Garonne)

mariage

En 1924, Norbert CASTERET rencontre sa future épouse, Élisabeth, née en 1905 ; une fille de médecin qui se destinait à la médecine, mais qui ne poursuivra pas ses études après leur mariage célébré le 30 décembre de la même année.

e casteret 2

gavage oie

 

annes 1930  annes 1930 2

e casteret

 

encantados aout1933

encantados aout1933 2

"Elle n'avait jamais jusqu'alors pénétré dans une grotte, mais elle était excellente alpiniste et avait gravi déjà nombre de cimes Pyrénéennes dans le massif de Bagnères-de-Luchon. Pour ma part je n'avais jamais fait d'ascensions, mais-comme on sait, j ‘étais fanatique des cavernes. Cette contradiction flagrante ne comportait toutefois aucune incompatibilité. La solution, l'idéal eût été que je cherche des grottes et des gouffres en haute montagne et que ma femme les explorât avec moi, en m'initiant à l'alpinisme. Les dieux aidant, ce fut précisément ce qui arriva".

n et e casteret

Élisabeth ne fut pas seulement la compagne de Norbert Casteret et la mère de leurs 5 enfants (Gilberte, Raoul, Maud, Raymonde, Marie), elle était aussi une montagnarde chevronnée. A à peine 19 ans elle avait déjà gravi plusieurs des plus hauts sommets du massif Pyrénéen et c'est tout naturellement qu'elle fit partager sa passion à son mari, l'emmenant vers la "Brèche de Roland" au dessus du "Cirque de Gavarnie".

elisabeth etang glacé mont perdu

C'est là qu'ils découvriront ensemble la plus haute grotte glacée jamais découverte. Norbert Casteret avait, lui aussi, entraîné son épouse sous terre et elle était devenue sa partenaire de tous les instants, dans les Pyrénées mais aussi en Afrique du Nord. Elle devint ainsi la première femme spéléologue en atteignant par exemple - 303 m dans le "Gouffre Martel" en Ariège : c'était alors la cavité la plus profonde de France ! Elle participa également à la découverte de la véritable source de la Garonne.

elisabeth cheval labastide

 Malheureusement, Élisabeth meurt le 6 mai 1940 de fièvre puerpérale, quelques jours après la naissance de la benjamine.